BLOG

20 janvier 2017:

Donald Trump est président des Etats-Unis

Maga

Excellent discours inaugural du nouveau président des Etats-Unis qui confirme son programme, ses promesses et s’engage a rendre le pouvoir au peuple après des décennies de confiscation par les élites de Washington.

 

Son discours integral (en anglais):

 

Chief Justice Roberts, President Carter, President Clinton, President Bush, President Obama, fellow Americans, and people of the world: thank you.

We, the citizens of America, are now joined in a great national effort to rebuild our country and to restore its promise for all of our people.

Together, we will determine the course of America and the world for years to come.

We will face challenges. We will confront hardships. But we will get the job done.

Every four years, we gather on these steps to carry out the orderly and peaceful transfer of power, and we are grateful to President Obama and First Lady Michelle Obama for their gracious aid throughout this transition. They have been magnificent.

Today’s ceremony, however, has very special meaning. Because today we are not merely transferring power from one Administration to another, or from one party to another – but we are transferring power from Washington, D.C. and giving it back to you, the American People.

For too long, a small group in our nation’s Capital has reaped the rewards of government while the people have borne the cost.

Washington flourished – but the people did not share in its wealth.

Politicians prospered – but the jobs left, and the factories closed.

The establishment protected itself, but not the citizens of our country.

Their victories have not been your victories; their triumphs have not been your triumphs; and while they celebrated in our nation’s Capital, there was little to celebrate for struggling families all across our land.

That all changes – starting right here, and right now, because this moment is your moment: it belongs to you.

It belongs to everyone gathered here today and everyone watching all across America.

This is your day. This is your celebration.

And this, the United States of America, is your country.

What truly matters is not which party controls our government, but whether our government is controlled by the people.

January 20th 2017, will be remembered as the day the people became the rulers of this nation again.

The forgotten men and women of our country will be forgotten no longer.

Everyone is listening to you now.

You came by the tens of millions to become part of a historic movement the likes of which the world has never seen before.

At the center of this movement is a crucial conviction: that a nation exists to serve its citizens.

Americans want great schools for their children, safe neighborhoods for their families, and good jobs for themselves.

These are the just and reasonable demands of a righteous public.

But for too many of our citizens, a different reality exists: Mothers and children trapped in poverty in our inner cities; rusted-out factories scattered like tombstones across the landscape of our nation; an education system, flush with cash, but which leaves our young and beautiful students deprived of knowledge; and the crime and gangs and drugs that have stolen too many lives and robbed our country of so much unrealized potential.

This American carnage stops right here and stops right now.

We are one nation – and their pain is our pain.  Their dreams are our dreams; and their success will be our success.  We share one heart, one home, and one glorious destiny.

The oath of office I take today is an oath of allegiance to all Americans.

For many decades, we’ve enriched foreign industry at the expense of American industry;

Subsidized the armies of other countries while allowing for the very sad depletion of our military;

 

We've defended other nation’s borders while refusing to defend our own;

And spent trillions of dollars overseas while America's infrastructure has fallen into disrepair and decay.

We’ve made other countries rich while the wealth, strength, and confidence of our country has disappeared over the horizon.

One by one, the factories shuttered and left our shores, with not even a thought about the millions upon millions of American workers left behind.

The wealth of our middle class has been ripped from their homes and then redistributed across the entire world.

But that is the past. And now we are looking only to the future.

We assembled here today are issuing a new decree to be heard in every city, in every foreign capital, and in every hall of power.

From this day forward, a new vision will govern our land.

From this moment on, it’s going to be America First.

Every decision on trade, on taxes, on immigration, on foreign affairs, will be made to benefit American workers and American families.

We must protect our borders from the ravages of other countries making our products, stealing our companies, and destroying our jobs.  Protection will lead to great prosperity and strength.

I will fight for you with every breath in my body – and I will never, ever let you down.

America will start winning again, winning like never before.

We will bring back our jobs. We will bring back our borders.  We will bring back our wealth.  And we will bring back our dreams.

We will build new roads, and highways, and bridges, and airports, and tunnels, and railways all across our wonderful nation.

We will get our people off of welfare and back to work – rebuilding our country with American hands and American labor.

We will follow two simple rules: Buy American and Hire American.

We will seek friendship and goodwill with the nations of the world – but we do so with the understanding that it is the right of all nations to put their own interests first.

We do not seek to impose our way of life on anyone, but rather to let it shine as an example for everyone to follow.

We will reinforce old alliances and form new ones – and unite the civilized world against Radical Islamic Terrorism, which we will eradicate completely from the face of the Earth.

At the bedrock of our politics will be a total allegiance to the United States of America, and through our loyalty to our country, we will rediscover our loyalty to each other.

When you open your heart to patriotism, there is no room for prejudice.

The Bible tells us, “how good and pleasant it is when God’s people live together in unity.”

We must speak our minds openly, debate our disagreements honestly, but always pursue solidarity.

When America is united, America is totally unstoppable.

There should be no fear – we are protected, and we will always be protected.

We will be protected by the great men and women of our military and law enforcement and, most importantly, we are protected by God.

Finally, we must think big and dream even bigger.

In America, we understand that a nation is only living as long as it is striving.

We will no longer accept politicians who are all talk and no action – constantly complaining but never doing anything about it.

The time for empty talk is over.

Now arrives the hour of action.

Do not let anyone tell you it cannot be done.  No challenge can match the heart and fight and spirit of America.

We will not fail. Our country will thrive and prosper again.

We stand at the birth of a new millennium, ready to unlock the mysteries of space, to free the Earth from the miseries of disease, and to harness the energies, industries and technologies of tomorrow.

A new national pride will stir our souls, lift our sights, and heal our divisions.

It is time to remember that old wisdom our soldiers will never forget: that whether we are black or brown or white, we all bleed the same red blood of patriots, we all enjoy the same glorious freedoms, and we all salute the same great American Flag.

And whether a child is born in the urban sprawl of Detroit or the windswept plains of Nebraska, they look up at the same night sky, they fill their heart with the same dreams, and they are infused with the breath of life by the same almighty Creator.

So to all Americans, in every city near and far, small and large, from mountain to mountain, and from ocean to ocean, hear these words:

You will never be ignored again.

Your voice, your hopes, and your dreams, will define our American destiny. And your courage and goodness and love will forever guide us along the way.

Together, We Will Make America Strong Again.

We Will Make America Wealthy Again.

We Will Make America Proud Again.

We Will Make America Safe Again.

And, Yes, Together, We Will Make America Great Again. Thank you, God Bless You, And God Bless America.

Assad doit partir ! Qui doit Partir ?

Assad mustgo1Assad mustgo2

Assad mustgo4Assad mustgo3

Assad mustgo5 Assad mustgo6

Goodbye Cameron,Obama, Hillary.

Merkel, Hollande you’re next !

09.11.2016

VICTOIRE !

Comme dans un vrai western, le bien finit par triompher du mal, une histoire à l’américaine pour sur !

The good bad and ugly

***

Le peuple américain reprend son destin en main !

Victory

***

Donald Trump, une revanche en or

Trump1  8 years of failure

Donald Trump vient de remporter les élections et une revanche en or sur son rival Obama qui l’avait moqué en 2012 pour avoir émis l’hypothèse de se présenter en tant que candidat républicain.

 

Décortiquer l’illusion

http://www.blacklistednews.com/Break_Out_of_the_Illusion/55000/0/38/38/Y/M.html

Un article aussi valable pour la situation en France et en Europe

"Dans l'ancienne union soviétique  les gens avaient des élections “libres” et étaient « libres » de choisir le candidat communiste qui avait été sélectionné pour l’élection.

La plupart des peuples de l’union soviétique  comprenaient que ces élections étaient une parodie.

Ici aux Etats-Unis, (et en Europe contrôlée par l’union soviétique européenne), nous avons aussi des élections « libres » et les medias corporatistes vous rappellent que vous devez voter pour les deux candidats sélectionnés pour vous, car si vous votez en dehors de ce « choix », l’horrible candidat dont vous ne voulez pas pourrait gagner l’élection (c’est ainsi que le LRPS confisque le pouvoir en France depuis presque 50 ans par exemple).

Clearcom

Vous n ’aimez pas le candidat pour qui vous allez voter mais il (elle) est certainement un « moindre mal ».

Les medias de masse ont tellement ressui à imposer cette illusion qu’aujourd’hui beaucoup d’électeurs ne se rendent même plus compte qu’il y a d’autres choix en dehors du duopoly Democrate/Republicain (ou LR/PS) qui étrangle notre système électoral.

Comment les medias créent-ils cette illusion :"

Suite sur  http://www.blacklistednews.com/Break_Out_of_the_Illusion/55000/0/38/38/Y/M.html

Le meurtre de  Kadhafi, la destruction de la Lybie, de la Syrie et le plan d'invasion de l'Europe

 la » crise des « migrants »  (suivant les autres « crises » concoctées spécialement pour vous) sans précédent que connait l’Europe est étroitement liée a ce qui s’est passé en Lybie en 2011, et s’inscrit dans un plan global devisé par certaines « élites, globales », organisations supranationales  (UE, ONU, OTAN) et gouvernements.

Il y a 5 ans « l’occident » prenait  la décision d’utiliser l’OTAN pour renverser Mouammar Kadhafi, le leader Libyen – pas pour des raisons humanitaires comme cela fut prétendu de façon répétée – mais parce son projet  de nouvelle monnaie panafricaine constituait une menace palpable pour les banques centrales au cœur du system financier et politique occidental.

Le même scenario foireux pour la Syrie

Il est ahurissant de constater, qu’ils veulent utiliser la même excuse et le même procédé pour renverser le gouvernement légitime Syrien et Bashar El Assad.  Encore plus choquant est de constater qu’il y a encore de nombreux naïfs ou hypocrites, qui croient les criminels de guerre comme Hillary Clinton quand ils prétendent que les no fly zones seront mises en place pour aider les civils.

Aujroud'hui les soi-disant « refugiés » qui sont récupérés à 200 mètre des cotes syriennes par les marines européennes avec les impôts des européens pour alimenter l’invasion actuelle et le remplacement des populations européennes.

  Sutherland le porc qui plan ifie votre genocide

 

 

Une des composantes du plan implémenté par l’ONU, l’UE et les oligarques qui ont créé cette « crise » est de « détruire l’homogénéité des peuples  européens ».  comme annoncé clairement en 2012 par Peter Sutherland, membre du Bilderberg Group, ex-président non exécutif de Goldman Sachs, ancien commissaire europeen, ancien  président de BP, et qui à l’époque était « représentant spécial » pour les « migrations » à l’ONU.

 « The EU should "do its best to undermine" the "homogeneity" of its member states, the UN's special representative for migration has said.” http://www.bbc.co.uk/news/uk-politics-18519395

En bref, un génocide organisé au plus haut niveau.

Ce sont les malfaisants comme Sutherland que les millions de victimes des terroristes, violeurs, islamistes assassins, vandales et autres criminels qui envahissent nos pays, que les européens doivent remercier pour le génocide en cours.

Orgnigramme ordures goldman sachs

 

Invasion europe

 

 

 

 

 

 

Ce sont les malfaisants comme Sutherland que les millions de victimes des terroristes, violeurs, islamistes assassins, vandales et autres criminels qui envahissent nos pays, que les européens doivent remercier pour le génocide en cours.

Invasion by terroristsLes commissaires de l’Union « Européenne » des Républiques Socialistes Soviétiques,, ne se sont pas fait prier bien entendu.

Ils n’ont  jamais été élu, ne résultent d’aucun processus démocratique, ils ne rendent de comptes à personne, ils prennent toutes les décisions qui nous concernent sans consulter qui que ce soit, leurs salaires et leurs privilèges financés  par nos impôts ont fait d’eux des millionnaires intouchables mais nos médias et politiciens corrompus ne manquent jamais de faire passer la propagande du toujours plus d’UE et de vanter le régime totalitaire de Bruxelles.

Salaries for EU staff parliament members and commissionersSalaries for EU staff parliament members and commissioners (157.58 Ko)

10 000 european union officials better paid than david cameron telegraph10 000 european union officials better paid than david cameron telegraph (165.25 Ko)

http://www.spiegel.de/international/europe/a-dream-job-with-a-cash-guarantee-for-former-europeancommissioners-the-money-keeps-on-coming-a-719450.html

http://en.euabc.com/word/814

http://www.eu-facts.org/en/ireland/dictatorship.html

Et il y a encore des « europhiles »… Extraordinaire capacité de l’être humain de refuser de voir l’évidence tout en se rattachant à ses rêves les plus infantiles et aux plus incroyables chimères

 Moutons de panurge

 

Jusqu’au jour ou ils auront, comme les chinois l’ont fait au Tibet, réussi à remplacer les populations européennes autochtones par les hordes de barbares islamiques sortis directement du moyen-âge qu’ils utilisent comme armée d’occupation pour terroriser et faire taire les européens afin d’assoir leur état totalitaire supranational.  

Des criminels comme Sutherland, Obama, Clinton, Angela  Merkel Hollande, Renzi, Juncker (etc.., la liste est longue) ne méritent qu’une chose, un procès et une exécution rapide et publique à la Ceausescu, pour l’exemple.

Un « procès de type Nuremberg » pour crimes contre l’humanité, génocide et haute trahison,  pour l’exemple et les générations futures.

Pour l’instant les peuples continuent à tolérer l’invasion, l’occupation de leurs villes, villages et campagnes par des criminels et des clandestins,  le terrorisme, l’islamisation forcée, le chômage de massela délinquance organisée, la paupérisation, le racket des impôtsles mensonges des medias, et des politiciens, mais bientôt, quand le bateau sombrera, et il sombrera, il sombre en ce moment, les rats feront bien de courir très vite pour quitter le navire. 

Quand le peuple se réveillera, il vaudra mieux qu’ils soient loin.

. Ca ira wikipediaCa ira wikipedia

Burn the eu flag 1

 

 

 

Des citoyens Grecs brulent le drapeau du régime totalitaire de « l’union » « européenne ».

Calais aout 2016

 

 

 

 

 

Un des camps des armées d'occupation et de clandestins à Calais, mis en place par le régime socialiste dans le cadre du plan de remplacement et du génocide du peuple français.

19.10.2016

La Grande Supercherie

Obama, est de loin, le pire président de l’histoire des Etats-Unis. Un bilan désastreux à l’intérieur, un bilan criminel à l’extérieur. Pire que G.W Bush, il fallait le faire, mais ce n’est pas un hasard, Obama est en fait une marionnette au service d’une oligarchie qui ne peut plus se cacher mais que les médias, les politiciens et le peuple font encore semblant de ne pas reconnaitre.

Bilan national

La dette américaine atteint des niveaux records, Obamacare semble être un puits sans fond qui ne satisfait ni les riches, ni les pauvres et ni la classe moyenne.

Les chiffres de l’emploi sont maquillés pour cacher la misère, les délocalisations massives de la part des multinationales qui soutiennent Clinton, qui ruinent l’économie et la société américaine.

Les salaires n’ont cessés de baisser depuis 30 ans, les impôts ne cessent d’augmenter (il faut bien financer les tentatives malheureuses de changement de régime des néo-cons qui contrôlent l’administration Obama).  La croissance, autour de 1% est à l’avenant faisant encore croire aux naïfs que les Etats-Unis ne sont pas en récession ou en dépression.

Le groupe financé par Soros « Black Lives Matter » n’est pas un mouvement civique, mais bien plutôt un groupuscule raciste avec une branche terroriste (assassiner des policiers blancs) dont le but est l’intimidation et l’oppression de l’homme blanc.

On appréciera à sa juste valeur l’ironie que ce genre de groupuscule se développe sous la direction du premier président noir des Etats-Unis. Bien que ce fait soit largement occulté par les médias « traditionnels ».

Le terrorisme islamique qui a soudain réapparu sous Obama, et ce n’est pas un hasard, dans un contexte ou la paire Obama-Clinton « lèche le cul » des musulmans, demande une ouverture des frontières encore plus totale, et veut imposer au peuple américain ce que l’Europe est en train de subir en matière d’invasion de clandestins. De qui se moquent-ils ?

Bien entendu, pas une seule fois, Barrack Hussein Obama ne prononcera le mot islam, musulman, ou même islamiste suite aux divers attentats et massacres perpétrés par des musulmans sur le sol américain.

De qui se moque-il ?

Une guerre civile aux Etats-Unis, ne serait pas impensable aujourd’hui, ceux qui comme Obama ont tout fait pour diviser les américains seraient les premiers responsables.

La surveillance globale et l’espionnage de tous les citoyens par le gouvernement et les corporations est devenu un fait accompli, beaucoup d’américains sont suffisamment stupides pour croire que tant qu’ils sont honnêtes, ils n’ont rien à cacher, donc ne sont pas concernés. (ils sont non seulement cons mais aussi cernés).

Bref, le pays de la liberté « land of the free » est en passe de devenir une dictature qui n’ aurait rien à envier à l’URSS, la Corée du Nord ou le 3eme Reich.

Pour excuser Obama, notons que ce phénomène a commencé sous G.W Bush, dont Obama-Clinton sont les héritiers directs malgré les discours fallacieux sur une soi-disant dichotomie gauche-droite /démocrates-républicains aux USA. 

Pour étayer ce propos, il suffit de voir comment les pseudo « républicains" soutiennent leur supposée « opposante politique » ces jours-ci. Bienvenu dans le pays du parti unique, un de plus.

Bilan International

La politique extérieure d’Obama entre dans la catégorie des crimes contre l’humanité, des génocides en tout genre et des criminels de guerre.  

Ne nous étendons pas sur la fausse « révolution » ukrainienne « soutenue » par la CIA (et l’argent de Soros)  pour justifier l’expansion de l’OTAN (qui aurait du être dissoute depuis longtemps) et l’agression contre la Russie dans tout le long de ses frontières.

Evoquons les tentatives ratées de changement de régimes en Afrique du Nord et au Moyen Orient :

Le soi-disant « printemps arabe »  est devenu rapidement un « hiver islamiste » et le terreau d’un barbarisme jamais vu depuis le nazisme.

A part la Tunisie qui dans une certaine mesure a réussi une transition entre son président à vie et un semblant de démocratie, il n’y a pas un seul pays dans lequel  les tentatives de changement de régime de l’administration Obama-Clinton a produit autre chose que le chaos, la pire barbarie, ou une autre dictature.

Certains diront que leur but des le départ était évidemment de créer le chaos, et ils ont sans doute raison.

L’Egypte, un allié de toujours des américains a été sommée de déposer son président à vie Moubarak. Pourquoi ? Pour mettre en place un régime dirigé par les frères musulmans, élu « démocratiquement » (sous pressions des islamistes sur le reste de la population). Pour être gentiment déposé un an après par le nouveau président à vie, le général Sisi. 

Applaudissons le savoir faire de la paire Obama-Clinton dans cette affaire.

La Lybie : Alors que l’administration Obama était partagée sur le renversement de Kadhafi , la criminelle de guerre néoconservatrice Clinton a réussi a imposer cette guerre.

Depuis nous connaissons le désastre qui a suivi : un chaos total, un pays sans gouvernement, contrôlé par des groupes terroristes islamiques. La Lybie est aussi devenue une des bases d’où des  millions de clandestins peuvent avec l’aide de l’ONU et de l’UE tranquillement envahir l’Europe et participer au génocide programmé des peuples européens.

La Syrie : Clinton est tombée sur un os de taille, la Russie.

Le plan de remplacement du régime Assad est un échec lamentable. Un de plus. Une autre justification pour l’invasion actuelle de l’Europe aussi. Cela faisait-il partie de leur plan ?

Mais si elle est élue, Clinton n’hésitera pas à provoquer une 3eme guerre mondiale pour satisfaire les intérêts de ses financiers et commanditaires.  

L’Iran : Certains prétendent que le changement de régime en Syrie est un plan pour isoler l’Iran et aider Israël dans la région…

Pourquoi dans ce cas avoir sorti l’Iran de l’ornière dans laquelle la dictature théocratique des mollahs se trouvait en signant un accord sur le nucléaire,  en leur donnant des milliards de dollars et en leur donnant une rôle qu’ils n’avaient ni dans la région ni sur la scène mondiale ?

« L’erreur » de l’administration Obama à l’égard de l’Iran a d’autres causes moins avouables.

Depuis qu’il est en place, Barrack Hussein Obama, dont le père était musulman, n’a eu de cesse de tendre des perches aux islamistes divers et variés de la planète, de supporter et financer des groupes terroristes comme Al-Nusra (Al Qaeda en Syrie) et de laisser « l’état islamique » proliférer derrière l’excuse « Assad ».

En fin de compte, les seuls gagnants de la politique internationale criminelle de la paire Obama-Clinton au Moyen Orient, sont les fondamentalistes, les groupes terroristes et leurs souteneurs habituels : l’Arabie saoudite, le Qatar, les EAU et la Turquie.

Les grands perdants sont l’Europe (la vraie, pas l’UE) et les peuples européens.  

Quant à la Russie, elle a réussi a revenir sur le devant de la scène internationale en tant que grande puissance incontournable, à ridiculiser régulièrement l’administration Obama (avec en dernier exemple la menace  grotesque de Joe Biden de guerre cyber contre les russes) et à représenter pour beaucoup le dernier espoir de sauvetage de la civilisation occidentale.

Il est quand même extraordinaire que 27 ans après la chute du communisme,  comme le soulignent les anciens dissidents de l’URSS comme Alexander Soljenitsyne,  que   les dissidents modernes se refugient aujourd’hui en Russie pour échapper à la répression de leurs propres gouvernements de l’Ouest (Ed Snowden) devenus des régimes quasi totalitaires ou en passe de le devenir.

N’oublions pas les tentatives de « changement de régime » échouées comme en Géorgie,  ou le but encore une fois, et au mépris de tous les traités signés à la fin de la guerre froide est d’encercler « l’ennemi « imaginaire qu’est la Russie moderne.

Notons que les seuls a pâtir des sanctions contre la Russie sont les européens dont la plupart des pays, de Paris à Berlin, de Rome à Bruxelles, de Londres à Madrid sont dirigés par des pantins serviles qui remuent la queue et s’exécutent quand l’administration Obama leur  jette un os.

Voila en résumé le bilan lamentable de l’administration Obama-Clinton: Un pays au bord de la guerre civile et de la décadence totale jusqu’aux crimes contre l’humanité commis par celle qui brigue maintenant la présidence et dont l’agenda politique propose de déclencher une 3eme guerre mondiale.

Qui aurait décemment et rationnellement  envie de 4 ans de plus de cette ignominie ?

La candidate unique imposée

L’image que les medias  dispensent de Clinton est évidemment à l’opposé de ce qu’elle est réellement.

Pour ceux qui préfèrent la triste vérité au confort insouciant de la doxa « officielle », il suffit de jeter un œil sur les milliers d’emails sur WikiLeaks ou Hillary Clinton est révélée sous son vrai jour par elle et ses complices.

Pourquoi cet engouement pour un seul candidat de la part des médias ? Pourquoi une telle exclusivité ? Pourquoi même les républicains endossent leur opposante politique ?

Seulement parce que Trump  a fait des remarques lubriques il y a onze ans dans un vestiaire ? L’argument ne tient pas debout. Ou plutôt parce que Trump promet de remettre en cause ce que cette oligarchie essaie d’imposer aux américains et à la planète ?

La division gauche-droite démocrates-républicains est un leurre, aux USA comme chez nous.

Le programme de Clinton est en opposition totale avec ce qu’elle est, et surtout totalement artificiel et creux.

D’ailleurs, qui parle de son programme ? Personne. Aucun de ses amis des medias trop occupés à dénigrer Trump ne parlent du programme de leur candidate unique.

Elle même, ne parle pas de son programme, lors des débats, c’est dire à quel point il est inexistant et hors de propos.

Les dictateurs n’ont pas à avoir un programme puisqu’ils savent qu’ils seront élus quoiqu’il arrive. Saddam Hussein avait-il un programme lorsqu’il obtenait 80% de votes aux élections ?

Alors que le programme de Donald Trump est clairement exposé, décrié par les médias, et présenté par lui-même a chaque occasion, celui de Clinton est occulté car pour « l’establishment » , le seul programme est de faire élire leur candidate et d’éliminer Trump.

Nous assistons même à une chose incroyable, le président et sa femme, plus vulgaire que jamais, attaquent Trump quasiment tous les jours, l’insultent, lui somment de se taire et le menace s’il ose répondre. 

Cela nous rappelle le temps ou le Marechal Staline usait de cette pratique avant de créer des faux procès et d’envoyer ses opposants au goulag. 

Oui, cette élection est truquée, de A à Z, même ceux qui n’aiment pas Trump ne peuvent que le constater (même s’ils ne l’avoueront pas en public), une candidate est imposée depuis le départ par un système qui met en place ses pions et dont les intérêts sont diamétralement opposés à ceux du peuple et du pays.

Une dictature parfaite, c’est quand les esclaves sont convaincus d’être libres, aiment leur servitude, et vont jusqu’a voter pour ceux qui les asservissent tout en refusant d’écouter ceux qui veulent les afranchir.

Ce drame moderne n’est pas spécifique aux américains.  Nous avons exactement le même scénario en Europe.

Les américains auront-ils la perspicacité, l’intelligence et  le courage moral de dire non à la candidate imposée et de voter pour le changement ?

Les français qui se vantent  toujours d’ être plus intelligents que les américains, ont prouvé à maintes reprises (la dernière fois en décembre 2015 lors des régionales)  qu’ils n’avaient aucun courage, aucune perspicacité, et qu’ils préféraient leur misère « confortable » au changement qui suppose des efforts parfois douloureux et à l’exercice périlleux de la liberté.

Ils paient aujourd’hui leur lâcheté au prix fort:  Leur liberté, leur vie, attaques après attaques, agressions après agressions, attentats après attentats, leur pays en cours d’invasion, d’islamisation et d’occupation aidée par ceux qui étaient censés les représenter,  leur emploi, leur économie, et leur démocratie.

Les oligarques qui les trompent depuis presque 50 ans ne leur demandent plus leur avis, ne les craignent pas et se gaussent de ces moutons qui font comme on  leur dit de faire, tout en croyant être des renards.

Des serfs, taillables et corvéables à merci, voici leur programme, pour vous, des deux cotés de l’Atlantique.

Et en plus, des serfs, taillables et corvéables à merci qui aiment leur servitude, ou plutôt qui préfèrent les chaines  confortables de leurs petites vies sans relief  et de leur lente mais sure déliquescence aux laborieux et douloureux risques de la révolte légitime et de la  liberté.

Les américains seront-ils aussi faciles à manipuler et aussi lâches que les français ?

Les sondages semblent  le confirmer. Mais encore une fois, les sondeurs sont au service de la candidate unique imposée, comment les croire ?

On pourrait se dire que si Donald Trump était en tête, il suffirait d’inventer des histoires sordides pour le discréditer, si  il était prouvé que son opposante était une criminelle corrompue jusqu'à la moelle, prête à trahir son pays et à servir les intérêts des pires ennemis des Etats-Unis pour s’emparer du pouvoir, il suffirait d’ignorer ou de censurer les emails qui le prouve, et si malgré toute la propagande, les calomnies, les intimidations contre son opposant, les américains s’entêtaient à refuser d’élire cette femme ignoble,  il suffirait que les machines à voter mise en place par l’ami de Georges Soros trafiquent un peu les résultats pour remporter le vote (voir en 2000, Gore-Bush en Floride).

Et si cela ne suffit pas, une balle dans la tête, comme pour Kennedy ?

Mais au fond, la véritable supercherie serait d’opposer à Clinton, un candidat tellement improbable,  odieux et  impossible (bien qu’il ait raison sur la plupart  des sujets) qu’il serait forcement inéligible, et qualifierait par défaut la pire pourriture que ce pays ait jamais connue en tant que président.

Les élections présidentielles approchant en France, avec l’expérience de ce qui s’est passé lors des régionales, et avec la servilité habituelle des politiciens français envers leurs maitres américains (du genre les « primaires »), gageons que certains voudront reproduire cette supercherie en France pour faire élire un Hollande, un Macron ou un Juppé. 

Romain pour donaldjtrump.e-monsite.com/  

19.10.2016

Les 7 propositions de Donald Trump que les "grands" médias nous cachent

Réflexions sur un article de Ignacio Ramonet publié le 21 septembre 2016 sur http://www.medelu.org/Les-7-propositions-de-Donald-Trump

Ignacio Ramonet, est de gauche, un des fondateurs d’Attac,  ami de Fidel castro, journaliste pour le Monde Diplomatique. Il a recemment écrit un article à propos de Donald Trump, essayant d’expliquer son succès malgré l’extraordinaire campagne de dénigrement des médias « dominants » de la planète contre lui.

Ignacio Ramonet est un homme respecté, expérimenté et certainement talentueux, mais il semblerait qu’il ne peut s’empêcher de voir le monde au travers du prisme déformant du marxisme le plus basique. Il ponctue donc son article d’invectives gratuites à l’égard de Donald Trump (odieux, grotesque, etc..), de remarques désobligeantes non argumentées et des caricatures habituelles de la propagande anti-Trump.

Son article est intéressant car il permet de constater que le  programme de Donald Trump contient de nombreux points qui semblent s’accorder avec ses propres idées, notamment en ce qui concerne le TPP/TTIP, "l'interventionisme",  et la mondialisation.

En effet, Trump est un avocat du rétablissement de certaines barrières douanières pour préserver l’économie et  les emplois américains, et de renégocier les accords commerciaux mondiaux qui sont à l’avantage de pays pratiquant le dumping social comme la Chine.

Il prévoit aussi de dénoncer le TPP et autres accords de ce type et sans doute d’arrêter les négociations en cours avec l’Europe sur le TTIP.

Contrairement  à Clinton, qui comme Obama et leurs serviteurs en Europe (Juncker, Merkel, Hollande, etc..), qui veulent imposer le TTIP dans le dos des peuples pour satisfaire des agendas politiques minoritaires nuisibles aux intérêts de leurs pays et des peuples qu’ils sont censés représenter.

Trump prône, comme Roosevelt, l’établissement d’une sorte de « New Deal » et la fin des interventions militaires américaines dans le monde, inutiles, couteuses et dévastatrices.

Encore une fois, il s’oppose sur ce point aux néo-cons, pro-saoudiens de la famille Clinton à la famille Bush et Obama qui du bombardement de la Serbie jusqu’aux guerres en Irak, Afghanistan, Lybie, et Syrie ont permis aux fondamentalistes musulmans et aux terroristes de contrôler des pays ou des pans entiers de territoires qu’ils n’auraient jamais imaginé contrôler sans l’aide de leurs généreux complices. Sans compter la « crise » des soi-disant  « refugiés », conséquence directe du chaos orchestré par l’administration Obama depuis l’attaque de la Lybie, qui est devenue une véritable invasion supportée par ceux qui aujourd’hui sont les plus grands soutiens à la candidature de la secrétaire Clinton.

Trump veut aussi se réconcilier avec la Russie et collaborer avec Vladimir Poutine pour lutter réellement contre «l’ EI ».

Notons que l’administration Obama qui a contribué à créer (ou a crée de toute pièce) le soi disant « EI » n’en finit pas de les soutenir, de bombarder les troupes syriennes qui luttent contre les terroristes et de continuer à financer les islamistes avec l’aide de leurs complices qataris, turcs et saoudiens, tout en prétendant le contraire et en accusant les russes des maux qu’ils ont eux même engendrés dans la région.

Ramonet souligne aussi l’aspect social du programme de Trump qui compte conserver les reformes Obamacare en l’état et entend baisser les impôts pour toutes  les classes sociales, des plus riches aux plus modestes, incluant les classes moyennes (alors que Clinton, elle veut les augmenter pour la classe moyenne, car c’est la classe la plus facile à dépouiller, la majorité silencieuse qui paie et subit sans rien dire).

Enfin, et cela ne peut que plaire, en apparence, aux « socialistes », il propose d’augmenter les impôts des traders spécialisés dans les hedge funds, et de rétablir certaines lois datant de l’époque du New deal pour réguler le secteur  financier ;  ce qui explique le soutien d’une grande partie de la finance globale contre sa candidature.

(On pense bien sur à Georges Soros, le milliardaire « gauchiste » (tendance satanique) qui tire les ficelles dans l’ombre et finance  la plupart des « crises » que connait la planète (sa dernière trouvaille, donner 500 millions de dollars pour financer l’accélération de l’invasion migratoire en Europe).

 La première partie de l’article est inintéressante et ennuyeuse, elle reproduit les caricatures habituelles de la presse « à sens unique » à l’égard de Trump, elle est aussi débordante de clichés et de lieux communs typique de l’idéologie sclérosée des années 60/70, « pensée » périmée depuis longtemps mais que la plupart des « journalistes » français (et européens) nous sert et ressert comme réchauffé peu ragoûtant depuis plus de 40 ans.  

Pourtant Ignacio Ramonet fut l’un des premiers à dénoncer la « pensée unique » qui sclérose nos médias (ce que Trump appelle  PC ou politiquement correct).

Il a au moins l’honnêteté intellectuelle de dire que ces points sont ignorés ou cachés volontairement par les médias « dominants » et d’informer ses lecteurs que le programme de Donald Trump est plus profond et censé que ce que les "caricaturistes" essaient de nous faire croire.  

Je reproduis un extrait des points identifiés par Ignacio Ramonet comme étant certaines des  "raisons"sous jacentes du succès de Donald Trump auprès des américains.

Il a partiellement raison, ces points contribuent certainement à la popularité de Trump, mais au même titre que ceux sur l’immigration,  le second amendement,  le terrorisme islamique, la criminalité ou les mensonges des médias sous contrôle.

L’introduction et la conclusion de Ramonet entrent dans le registre de la propagande gauchiste, sans aucun intérêt. C’est dommage, car au fond, il partage certaine des idées de Donald Trump, qui en fait propose un programme pour le peuple, avec le peuple et par le peuple.

On pourrait croire, si l’on était naïf ou ignorant, que c’est la la définition du socialisme, mais il n’en est rien, c’est la définition de la  démocratie, l’ennemi mortel du marxisme.

Edite

Extraits de l'article:

1) En premier lieu, les journalistes ne lui pardonnent pas ses attaques frontales contre le pouvoir médiatique. Ils lui reprochent d’encourager régulièrement son public à huer les médias « malhonnêtes  ».

Trump affirme souvent : « Je ne suis pas en compétition avec Hillary Clinton, mais avec les médias corrompus. » Récemment, il a tweeté : « Si les grands médias, répugnants et corrompus, couvraient de manière honnête ma campagne, sans fausses interprétations, je dépasserais Hillary de 20 %. »

2) Une autre cause des attaques médiatiques contre Trump : sa dénonciation de la globalisation économique qu’il tient pour responsable de la destruction des classes moyennes.

Selon lui, l’économie globalisée est une calamité dont le nombre de victimes ne cesse de croître. Il rappelle que plus de 60 000 usines ont dû fermer ces quinze dernières années aux Etats-Unis et qu’environ cinq millions d’emplois industriels ont été détruits.

3) Trump est un fervent protectionniste. Il propose d’augmenter les taxes sur tous les produits importés. Et se dit prêt, s’il arrive au pouvoir, à établir des droits de douanes de 40% sur les produits chinois. « Nous allons récupérer le contrôle du pays et nous ferons en sorte que les Etats-Unis redeviennent un grand pays » affirme-il souvent, en reprenant son slogan de campagne.

Partisan du Brexit, il a déclaré que, s’il était élu, il ferait sortir les Etats-Unis de l’Accord de libre échange nord-américain (ALENA). Il s’est également attaqué au Traité Trans-Pacifique (TPP) et a confirmé que, une fois élu, il retirerait les Etats-Unis de l’accord : « Le TPP constituerait un coup mortel pour l’industrie manufacturière des Etats Unis. »

 Evidemment, s’il est élu, il stopperait aussi les négociations en cours avec l’Union européenne. Il va même plus loin : « Nous allons renégocier ou sortir de l’OMC (Organisation mondiale du commerce).

4) Autre option dont les médias parlent peu : son refus des réductions budgétaires néolibérales en matière de sécurité sociale. De nombreux électeurs républicains victimes de la crise économique, et tous ceux qui ont plus de 65 ans, ont besoin de la Social Security (retraite) et du Medicare (assurance maladie) mis en place par le président Barack Obama que les autres dirigeants républicains veulent supprimer.

Trump a promis ne pas revenir sur ces avancées sociales. Il a aussi promis de diminuer les prix des médicaments, d’aider à régler les problèmes des « SDF », de réformer la fiscalité des petits contribuables, et de supprimer un impôt fédéral qui touche 73 millions de foyers modestes.

5) Dénonçant l’arrogance de Wall Street, Trump propose également d’augmenter de manière significative les impôts des traders spécialisés dans les hedge funds (fonds spéculatifs) qui gagnent des fortunes.

Il promet le rétablissement de la loi Glass-Steagall (votée en 1933 pendant la Dépression et abrogée en 1999 par Bill Clinton, qui séparait la banque traditionnelle de la banque d’affaires pour éviter que celle-ci puisse mettre en péril l’épargne populaire par des investissements à haut risque.

Evidemment, l’ensemble du secteur financier est vent debout contre Trump et s’oppose au rétablissement de cette loi.

6) En matière de politique internationale, Trump s’est fait fort de trouver des terrains d’entente à la fois avec la Russie et avec la Chine. Il veut notamment signer une alliance avec Vladimir Poutine et la Russie pour combattre efficacement l’organisation Etat islamique (Daesh) même si pour l’établir Washington doit accepter l’annexion de la Crimée par Moscou.

7) Enfin, Trump estime qu’avec son énorme dette souveraine, l’Amérique n’a plus les moyens d’une politique étrangère interventionniste tous azimuts. Elle n’a plus vocation à garantir la paix à n’importe quel prix.

 

Cette campagne présidentielle sera t’elle la première à être décidée par les nouveaux médias alternatifs (alt-médias) ?

LA REPONSE EST OUI !

« Les dépenses phénoménales de la campagne de la secrétaire Clinton combinées aux nombreux soutiens des médias traditionnels n’ont pas eu d’effets mesurables sur la course à la présidence jusqu'à maintenant. Peut-être parce que les médias traditionnels ne sont pas la ou de nombreux électeurs se trouvent. »  

Article en anglais sur Trump News

Le phénomène n’est pas unique aux Etats-Unis. Partout en Occident, et surtout en France, les medias sous contrôle politique ou des grands groupes apatrides perdent de l’audience chaque jour et convainquent de moins en moins de citoyens.

Il faut dire que les mensonges, les omissions, la propagande, les lignes éditoriales à sens unique et les « informations » « clonées », ont finis par avoir l’effet logique de pousser les audiences à aller chercher la vérité la ou elle se trouve.

USA 2017-2020 – Une nation ingouvernable ?

La seule façon de gouverner avec succès est de résoudre les problèmes structurels systémiques, mais faire cela présuppose de se débarrasser d’une élite corrompue et qui sert ses intérêts exclusifs.

http://charleshughsmith.blogspot.com/2016/10/usa-2017-2020-ungovernable-nation.html

Source: Charles Hugh Smith, Of Two Minds Blog

Pourquoi la victoire de Donald Trump est-elle souhaitable ?

Le pouvoir corrompt, et le pouvoir absolu corrompt de manière absolue. Une des caractéristiques de la démocratie pour éviter l’absolutisme est de favoriser l’alternance  politique.

Après 8 ans d’administration Obama/Clinton, il est grand temps de choisir l’alternance.

La redaction

Quel est le bilan d' Hillary Clinton ?

- La destruction de la Lybie, les tentatives de changements de régimes en Egypte, en Syrie, des échecs lamentables, qui ont crées le chaos en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, de Damas à Lagos, et dont les principaux bénéficiaires sont les islamistes et les terroristes de l’EI à Boko Haram.

- La guerre en Syrie, en Lybie, et ses conséquences, la « crise migratoire », la création du soi-disant « état islamique », les attaques quotidiennes des terroristes en Europe et bien sur l'invasion migratoire actuelle.

-  La guerre civile en Ukraine et l'escalade  de l'OTAN pour créer une situation de conflit permanent avec la Russie et empecher que les alliés naturels que sont la Russie et l'Europe de l'ouest ne se rapprochent.

- Et bientôt le TTIP, l’arme de destruction massive des multinationales pour annihiler totalement ce qui reste de nos démocraties.

Voila le bilan Obama, voila le bilan Clinton.

Voila pourquoi il est temps de changer.

La redaction

27.09.2016 par Romain

Le débat Trump-Clinton du 26 septembre 2016

Le premier des trois débats de la campagne présidentielle a eu lieu, « modéré » par Lester Holt, un présentateur « libéral » comme on dit aux Etats-Unis, c’est à dire de la gauche caviar tendance NewYork Times, tout acquis à la candidature de la secrétaire d’état Clinton évidemment.

Un débat biaisé, des questions toutes à l’avantage de la secrétaire Clinton, des insinuations, des attaques dirigées contre Donald Trump, quand il ne lui coupait pas la parole. Ne surtout pas interroger la secrétaire Clinton sur son bilan désastreux, ne surtout pas mentionner Bengazi, les emails. Les échecs en Lybie, en Syrie et le terrorisme qui en découle.   

Bref, le débat s’est déroulé comme prévu pour ceux qui l’ont organisé, à un détail prés, Trump a fait une bonne prestation et s’est positionné comme un candidat convaincant pour le rôle de président qui l’attend.  

Les médias dits « mainstream » se sont évidemment empressés de déclarer la victoire de leur candidate auto-designée, sauf que pour ceux qui ont vus le débat,  il ressort que ce n’est pas vraiment le cas.

Pour les « médias » européens qui n’ont d’autre ligne éditoriale que la caricature permanente du candidat Donald Trump en  une sorte de populiste aux dérapages permanents, ils peuvent être déçus et continuer à mentir car  nous avons vu un candidat réfléchi, sérieux, sur de ses convictions, sincèrement soucieux des intérêts de son pays à la dérive après 8 ans d’administration Obama/Clinton.   

Car ce que les médias n’aiment pas chez Trump, c’est qu’il ne fait pas partie du « club » (de droite ou de gauche, le club ne tolère pas les « outsiders »).

Même les partis pris permanent de Lester Holt, le pseudo modérateur de couleur orange (l’homme à du s’endormir dans un caisson à UV tant la couleur de son bronzage ou de son maquillage étaient ridicules), n’aura eu raison de la détermination de Donald Trump.

Quant à la Clinton, telle une dinde, elle s’est contentée d’afficher un sourire commercial permanent qui cachait mal sa gène, tout en déblatérant les platitudes et hypocrisies habituelles des politicards professionnels avec sa voix insupportable d’hystérique frustrée assoiffée de pouvoir.

Les mêmes promesses, les mêmes mensonges, et pourtant en 8 ans au pouvoir la Clinton et son président Obama auraient pu, auraient du, implémenter les promesses faites au peuple américain sur l’économie, la dette, la réduction de la violence, la lutte contre le terrorisme islamique, contre l’EI, etc…

Pendant qu’Obama jouait au golf, la Clinton en 4 ans n’a rien fait d'autre que mettre le Moyen-Orient (et l'Europe) à feu et à sang, ravivé et ramené le terrorisme islamique aux Etats-Unis avec le projet de faire venir encore plus de criminels, de clandestins et d'islamistes, pour servir les intérêts de l'oligarchie globaliste.  

C’est sans doute parce qu’elle n’a aucun projet pour le peuple américain qu’elle a passé la soirée à essayer de dénigrer Donald Trump avec l’aide de « l’agent orange » Lester Holt. 

Pendant que Trump, lui, présentait ses projets, comme on l’attendait de la part de tout véritable présidentiable.

Il faut vraiment que l’establishment et les oligarques se sentent invincibles, loin de la réalité dans leur tour d’ivoire, ou totalement désespérés pour avoir désigné cette cruche insipide et dangereuse comme candidate.

Bilan du débat:  

Chaque camp déclare la victoire, les sondages républicains donnent Trump en tête, les sondages démocrates donnent la Clinton en tête.

 Les médias « dominants »,  bien sur, encensent la candidate imposée par leurs donneurs d’ordres et actionnaires.  

Les réseaux dits « sociaux » (comme Twitter par exemple) et les médias alternatifs, par contre, saluent plutôt la performance de Donald Trump.

Quant aux indécis qui seront peut-être les grands décideurs de ce scrutin, personne ne sait dire pour qui  ils penchent après le débat.

Par Romain 27.09.2016

Donald Trump, l’aubaine d’une révolution

Par Ivan Rioufol le 15 septembre 2016 sur le Figaro http://plus.lefigaro.fr/page/ivan-rioufol

Des mots très justes:

"S’il devait gagner contre l’idéologie dominante, consacrée à la culpabilisation des États-Unis et de l’Occident, le séisme serait aussi européen."

"Parce que Trump entend s’opposer à la tyrannie des minorités, qui fragilisent la cohésion du monde libre, sa victoire serait même une aubaine."

La dialectique de Hegel et le problème Trump - Trump est une menace existentielle pour l’élite globale

Un article de Ali Sina sur http://www.faithfreedom.org/hegels-dialectic-and-the-trump-problem/ et http://iranpoliticsclub.net/politics/trump-elite/index.htm.

Article traduit de l’anglais en quasi-intégralité par nos soins.

Courte bio:

Ali Sina est un ancien musulman, iranien d’origine, qui vit actuellement au Canada. Il est l’auteur de « comprendre mahomet » et le fondateur du site internet Faith Freedom International.

Dans son livre Ali Sina montre que Mahomet souffrait de troubles mentaux incluant des troubles narcissiques de la personnalité, d’épilepsie du lobe temporal, et de troubles obsessionnels-compulsifs (TOC).

Il aurait déclaré : « la raison pour laquelle je suis contre l’islam n’est pas parce que c’est une religion, mais parce que c’est une idéologie politique d’impérialisme et de domination du monde déguisée en religion. »

Sources: http://wikiislam.net/wiki/Ali_Sina

Sur son profil Twitter, https://twitter.com/AliSinaOrg, Ali Sina se présente comme un chrétien, un auteur, anti-islam, anti-ONU, « végane », conservateur,  pro-Israël et banni de facebook.

A propos de son article

Son article est intéressant car il met en lumière ce qui se trame derrière l’acharnement des politiques, des médias et leurs relais dans l’opinion publique (associations, lobbies, « people », « intellectuels » sponsorisés, médias sociaux, et la foule des idiots utiles à qui on montre la lune et qui regardent le doigt comme toujours), contre Donald Trump.

Bref, l’acharnement de cette petite minorité que l’on appelle l’establishment contre un homme qui vient perturber certains projets de domination globale en osant remettre le peuple et la démocratie au centre des intérêts de leur pays.

Vers l’article en français

Original en anglais  

 

Les fuites de l’Open Society Foundations de Soros. Ingérence et subversion

Par André Posokhow, Sciences Po Paris, commissaire aux comptes, essayiste. sur http://www.polemia.com/les-fuites-de-lopen-society-foundations-de-soros-ingerence-et-subversion/

Un article en relation directe avec l’élection présidentielle américaine de 2016 et tous les problèmes majeurs auxquels les Etats-Unis et l’Europe font face.

Extrait :  

Qui est George Soros ?

George Soros, né György Schwartz en 1930 à Budapest, est un financier milliardaire américain d’origine juive.

Il est connu pour ses activités de spéculation sur les devises, notamment la livre anglaise qu’il a mise à genoux en 1992, sur lesquelles il a bâti une fortune immense ainsi que par ses activités d’influence politique. Il est actuellement président de Soros Fund Management, basé à New York, qui gérait, en 2012, 25 milliards de dollars pour lui, sa famille et ses fondations.

Il a fondé et préside l’Open Society Foundations (OSF), dont l’objectif est de promouvoir le « développement de sociétés démocratiques et ouvertes », les sociétés européennes ne l’étant probablement pas assez.

En France c’est un repris de justice. Il fut condamné pour délit d’initiés dans l’affaire de la Société Générale qui avait vu le gouvernement socialiste de la fin des années 1980 fermer les yeux sur la tentative d’OPA menée par Georges Pébereau et Robert Lyon, président de la Caisse des dépôts. Le jugement fut confirmé en cassation et il fut condamné à payer une amende de 940.500 euros. Ayant fait un recours auprès de la Cour européenne des droits de l’homme en 2011, il fut débouté.

Selon Wikipédia, Soros utilise une partie de sa fortune à des activités philanthropiques. En réalité ce sont des activités subversives qui s’inscrivent en pointe des objectifs de l’oligarchie mondiale. Par exemple, George Soros a donné un million de dollars pour une proposition qui vise à légaliser la marijuana en Californie. Il a financé à hauteur de 100 millions de dollars Human Rights Watch, sur 10 ans, à partir de septembre 2010.

Suite sur http://www.polemia.com/les-fuites-de-lopen-society-foundations-de-soros-ingerence-et-subversion/

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.